« DéMASQUéS », « FIN DU MIRACLE » : LA PRESSE FRANçAISE AMèRE APRèS L’éLIMINATION, L’ESPAGNE JUBILE

Au lendemain de la défaite de l’équipe de France face à l’Espagne (1-2) en demi-finale de l’Euro 2024, la presse française analyse à chaud une élimination qui pendait au nez des Bleus. Les Espagnols savourent.

L’équipe de France est éliminée de l’Euro 2024. Malgré une ouverture du score rapide de Randal Kolo Muani (9e), l’équipe de France n’a pas su venir à bout d’une équipe d’Espagne séduisante depuis le début du tournoi. Les buts de Lamine Yamal (21e) et Dani Olmo (25e) ont condamné les Bleus à courir après le score pour espérer accrocher une place en finale, en vain.

En France, l’ironie…

Au lendemain de cette défaite, les médias français tente de comprendre les raisons de cet échec. « L’équipe de France avait consommé son lot de miracles et il y a une certaine logique à voir une formation tomber après avoir proposé trop peu dans le jeu » lit-on dans Ouest-France, qui titre « À Munich, la fin du miracle bleu, pas des maux » avant d’ironiser : « L’histoire retiendra que les Bleus avaient enfin inscrit un but dans le jeu. »

LIRE AUSSI. France - Espagne. Mbappé, une passe décisive et c’est tout… Les notes des Bleus

Au-delà de l’élimination logique, ce sont les plans tactiques de Didier Deschamps et les absences des leaders qui sont ciblés ce mercredi 10 juillet pour expliquer la déconvenue de la veille. « La muraille s’est fissurée » regrette Le Parisien, au sujet d’une défense jusque-là imperméable, mais qui a craqué deux fois en moins de cinq minutes, voyant les Espagnols prendre un avantage décisif avant la demi-heure de jeu. Les Bleus « ont manqué d’imagination et de variété » pointe encore Le Parisien. Un constat s’impose au final, sobrement résumé par Le Figaro : « L’Espagne mérite sa finale… et les Bleus leur défaite ».

« Démasqués » pose L’Équipe en Une, avec une photo de Kylian Mbappé, débarrassé de son masque hier, mais pas de ses démons européens.. « Malgré une place dans le dernier carré, cet Euro laisse un goût amer. » Et pour cause. Quand le résultat n’est pas là, il faut au moins que le jeu y soit.

… et en Espagne, l’euphorie

Les médias ibériques ont forcément un tout autre regard sur cet affrontement qui voit leur équipe, bien plus méritante, accéder à sa première finale en compétition majeure depuis 2012.

« Lamine final ! » s’emporte Mundo Deportivo, après le but remarquable du jeune prodige de 16 ans, premier joueur à tromper Mike Maignan (hors penalty) dans la compétition. Sport consacre également sa Une à la pépite barcelonaise, titrant simplement « Historique ! » avec une photographie du banc espagnol, célébrant l’égalisation avec le numéro 19 de la Roja.

Après la petite provocation d’Adrien Rabiot envers Lamine Yamal avant la rencontre, expliquant que le Barcelonais devait « en faire bien plus » pour permettre à son équipe d’aller en finale, Marca s’est autorisé un droit de réponse : « Bonjour Rabiot, je m’appelle Lamine Yamal, j’ai 16 ans et tu sais déjà que je n’ai pas peur ». De bonne guerre.

2024-07-10T06:06:36Z dg43tfdfdgfd